Philippe GERBERT dit Philippe-Olympe ou Olympe-Philippe Gerbet Evêque catholique

Les jurassiens célèbres

5 février 1798 – 7 août 1864 à Poligny

Evêque catholique oratorien, écrivain et journaliste

Il entre au séminaire de Besançon en 1814, puis au séminaire Saint-Sulpice à Paris en 1818, tout en suivant des études à la Sorbonne.

Ordonné prêtre en 1822. Il devient aumônier du Lycée Henri-IV. Admirateur et ami de Félicité de La Mennais, touché par la misère ouvrière, il entre dans la mouvance du catholicisme social qui met l’accent sur la pauvreté pouvant aller jusqu’au rejet du libéralisme économique.

À la suite de la révolution de juillet 1830, il fonde aux côtés de La Mennais et Lacordaire, le quotidien «L’Avenir». Cependant il se soumet à la condamnation des idées de l’Avenir par le pape Grégoire XVI et finit par rompre avec La Mennais.

Professeur au collège de Juilly de 1833 à 1837, il fonde en 1836 avec l’abbé de Salinis une nouvelle revue, L’Université catholique » avant de partir pour Rome où il reste pendant dix ans. Là, il rédige un ouvrage important pour l’évolution spirituelle, philosophique et théologique du catholicisme français : « Esquisse de Rome chrétienne »(1844-1850).

En avril 1854, il est nommé évêque de Perpignan.

Philippe Gerbet est également l’auteur de nombreux ouvrages de théologie et de textes de défense du christianisme.

photo : portrait d’Achille Billot, œuvre du musée de Poligny

Menu