Désiré Dalloz

Les jurassiens célèbres

Né le 12 août 1795 à Septmoncel

Fils d’une famille de négociant lapidaire Victor Alexis Désiré Dalloz, il part à l’âge de 16 ans, étudier le droit à Paris et s’installe secrétaire chez maître Loiseau.  Inscrit au Barreau de la cour royale de Paris, il prête serment le 11 août 1817. Il plaide avec talent dans les procès d’assise où se jugent les multiples complots politiques de la révolution contre Louis XVIII.

En 1823, il est nommé Avocat à la cour de cassation et aux conseils du Roi.
Désiré DALLOZ est élu Président de l’ordre des avocats près de la cour de cassation en 1836 et en 1837.  C’est avec son frère (Armand) qu’il crée une maison d’édition spécialisée en publications juridiques. Encore aujourd’hui, les Codes Dalloz dont le code civil sont plus que jamais d’actualité.

En 1837, il est brillamment élu député du Jura et sera réélu en 1839, 1842 et 1846.  Au Parlement, il siège à droite parmi les conservateurs.
Désiré DALLOZ contribua largement à l’amélioration du réseau routier jurassien pour lequel, de 1847 à 1848, il fit attribuer plus de 6 millions de francs de subventions par l’Etat.  On lui doit la construction : Des lacets de Septmoncel, de la route des Bouchoux et du pont suspendu de Saint Claude.

Menu